mercredi 29 mars 2017

Instantanés du mercredi

Mars et ses giboulées, ses journées à quatre saisons en une et ses parties de cache-cache avec les ombres - Break dance à l'atelier.
 
Retrouvez-moi sur mon compte Instagram @marionromain !
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 28 mars 2017

DIY Jolie Jonquille, une broche pour le printemps


Je n'avais pas prévu de publier un article autour de cette broche jonquille, que j'ai réalisée à l'occasion de l'opération Une jonquille pour Curie, lancée par l'Institut Curie en faveur de la recherche contre le cancer - opération qui vient tout juste de s'achever -, et puis votre enthousiasme à son égard m'a donné envie de la partager avec vous ici. 

Je ne publie pas souvent de tutoriel de mes broderies sur mon blog, mais cette toute petite fleur se prêtait bien plus à l'exercice que les ouvrages au long cours que je vous présente d'habitude sur cet espace. 

Voici le matériel nécessaire pour réaliser cette broderie :

- un mini cercle à broder. J'ai trouvé les miens chez Hema au Portugal, je ne sais pas s'ils sont trouvables actuellement dans les magasins français de la marque, mais vous pouvez aussi en trouver ici par exemple. 
- des fils moulinés DMC des références 721, 726, 3047 et 3363. 
- une aiguille à broder
- de la toile à broder
- une attache de broche
- de la colle forte, pour monter votre broderie en broche à la fin.
- un crayon pour tissu effaçable à l'eau (sinon, un crayon à papier peut faire l'affaire, à condition d'être très précis au moment de broder, pour que votre broderie recouvre parfaitement les traits de crayon).
- un dessin de jonquille (si vous le souhaitez, je vous mets le mien à disposition en fin d'article).

Et voilà les étapes à suivre pour reproduire cette jonquille : 

Avant toute chose, commencez par marquer le contour de votre mini cercle à broder sur le tissu, pour être certain   que le dessin que vous allez y tracer ne dépasse pas du cadre. 
Ensuite, il s'agit de reporter le dessin sur la toile.

Les points : 
(pour chaque point, je vous ai glissé un lien vers les vidéos de Marie Suarez, qui sont parfaites pour apprendre) : 

- La feuille est réalisée au passé plat, avec 1 fil (réf. 3363). Celle-ci étant très étroite, peu de points sont nécessaires, il s'agit de les broder en oblique. 

- la tige est réalisée au point de tige (1 fil, réf. 3363)

- les pétales sont réalisés au point de feston avec 1 fil (réf.  726) A la fin, pour apporter un peu plus de nuances, j'ai ajouté quelques points par-dessus avec un ton plus clair, le fil de la référence 3047. Le point de feston ressemble au passé plat, à la différence près qu'il a une petite bordure d'un côté. J'aime bien l'utiliser pour des pétales de fleurs, car la bordure facilite la distinction des différents pétales. 

- Pour finir, les étamines sont réalisées au point de pompon avec 3 fils de 2 couleurs différentes (2 fils de la référence 721, et 1 fil de la référence 726) utilisés en même temps. Deux points suffisent pour la taille mini mini de cette broderie. Il me semble qu'on ne trouve pas beaucoup d'informations en français sur ce point sur le web. J'ai malheureusement manqué de temps la semaine dernière pour vous préparer une petite vidéo tutoriel autour de ce point (certaines me l'avaient demandé suite à cette broderie, où la toque était réalisée exclusivement au point de pompon), mais je peux tout de même vous renvoyer à cette vidéo en anglais.

Et si vous avez besoin d'un modèle pour vous lancer dans cette broderie de jonquille, je vous propose de télécharger mon petit dessin ci-dessous. Clic-clic ! Pas besoin de l'imprimer, placez tout simplement votre tissu sur votre écran d'ordinateur et décalquez-le directement de cette manière. Vérifiez bien au préalable que sa taille coïncide avec le diamètre de votre mini cercle à broder. Si ce n'est pas le cas, après l'avoir téléchargé, vous pourrez ouvrir le fichier et faire un zoom avant / arrière pour ajuster la taille du dessin selon vos besoins. 



N'hésitez pas à revenir m'adresser un petit coucou avec vos créations sur Instagram par exemple si vous vous lancez dans cette broderie printanière, je serais ravie de découvrir vos jolies jonquilles. Belle journée à tous ! 
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer
Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 26 mars 2017

Ten little Positive things #70

1 - Fondre pour le brownie de ma maman, le meilleur du monde à mes yeux (évidemment). 

2 - Craquer pour cette minette, venue me perturber en plein shooting pour un article de blog.

3 - Constater le bleu du ciel et filer terminer la journée à la mer, pour une fin d'hiver au goût de printemps.

4 - Recommencer à courir. Je ne suis pas une fan inconditionnelle de la course à pied (j'attends toujours ce déclic dont on m'avait parlé, quand, une fois qu'on a commencé, le running devient rapidement essentiel à notre quotidien), mais c'est une pratique qui est assez commode à intégrer à ma routine, et avec laquelle j'essaye de ne pas transiger dès que les beaux jours reviennent (impossible pour moi d'imaginer courir l'hiver !). Après des heures passées le dos courbé au-dessus de mes broderies ou de mes gravures, assise, je ne me laisse tout simplement pas le choix, et je chausse mes baskets (presque) sans sourciller !

5 - Profiter du retour en stock inespéré de ces deux jolies pièces que je pensais avoir définitivement manquées. J'avais craqué pour la jupe à ceinture festonnée de chez Claudie Pierlot dès le début de la saison dernière, mais je n'achète jamais rien au prix fort chez cette marque, qui s'avère être pourtant une de mes favorites. En attendant les soldes, je savais que je prenais le risque qu'elle soit déjà sold out, et en effet, je me suis fait prendre à mon premier jeu, la voyant me passer sous le nez, tout comme ce joli pull Mademoiselle R. Jusqu'à ce que la chance me sourie, avec un retour en stock  miracle tout pile dans ma taille ! 

6 - Retrouver le goût EX-QUIS des crêpes d'Au vieux Quimper.

7 - Bouger deux ou trois choses dans mon petit chez moi pour faire entrer doucement le printemps. C'est fou comme il suffit de peu pour créer une nouvelle ambiance avec ce dont on dispose déjà.

8 - Boucler dans les temps un projet de gravure, en vue d'une exposition à laquelle je contribuerai dans quelques mois.

9 - Accueillir les premiers signes du printemps.

10 - Savourer le printemps du cinéma. J'ai plutôt apprécié Monsieur et Madame Adelman, le premier film de Nicolas Bedos, à qui, après l'avoir longtemps détesté comme chroniqueur, je voulais donner une chance en tant que réalisateur. Je ne vais voir qu'à (toute) petite dose des films français au cinéma (je les trouve bien trop souvent surchargés de bons sentiments et construits selon des ficelles un peu faciles à mon goût), mais j'avais entendu beaucoup de bien de ce film, et surtout, j'étais très curieuse de découvrir Doria Tillier à l'écran. J'ai toujours trouvé chez cette femme une fraicheur incroyable, et très clairement, c'est elle qui porte tout le film sur ses épaules. Pour moi, elle est à elle un motif suffisant pour aller le voir ce film. Je serais d'ailleurs très étonnée qu'elle ne soit pas courtisée ici et là dans les prochains mois pour d'autres rôles...

Je vous souhaite un bon dimanche ! 
Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 24 mars 2017

La poésie des phares : le Petit Minou


J'ai toujours été fascinée par les phares. Je suis capable de collecter des images de phares du monde entier sur internet, de comparer les phares américains et les phares bretons, de pointer du doigt mon petit préféré. J'ai envie de les dessiner tous, et je rêve de découvrir un jour ceux qui surveillent la mer de l'autre côté de l'Atlantique. 

Pour l'heure, je ne suis pas en reste avec le patrimoine maritime que m'offre la Bretagne, où, même si les phares sont désormais automatisés voire inactifs, je continue de percevoir une certaine poésie chez ces grands bonshommes qui prennent le vent et les vagues.

Je n'avais encore jamais vu le phare du Petit Minou, mais son seul nom me suffisait pour savoir que ce serait chose faite un jour. Il y a quelques semaines, je me suis enfin décidée à me rendre dans la commune de Plouzané, et je dois avouer qu'il s'est directement hissé au sommet de mes phares favoris.

Il faut dire que ce phare en impose, par les perspectives folles qu'il offre lorsqu'on arrive en haut du fort sur lequel il est construit. Ces remparts, ces rochers, parfait jeu de pêle-mêle entre la main de l'homme et la Nature, tout ceci participe à ce que les lieux versent dans un romanesque assez grandiose. J'ai découvert l'endroit par un jour de grand vent, qui m'a fait craindre plus d'une fois de perdre mon fidèle Borsalino ! Il régnait une de ces lumières entre-deux si caractéristique de la Bretagne, mais je pense que le phare doit aussi être absolument superbe à découvrir au lever du Soleil,  et même, et même, pour les plus aventureux, un jour de tempête. 





Vous aimez les phares, vous aussi ? Dites-moi le nom ou la situation de votre petit préféré, qu'on construise ensemble une jolie collection d'images...
EnregistrerEnregistrer
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 22 mars 2017

Instantanés du mercredi

Les derniers jours d'hiver étaient bien plus ensoleillés que les premiers que nous réservait le printemps - Pâquerettes à tout va, ce petit plaisir de début de printemps - Amour immense pour les magnolias en fleurs - Fin du jour face à la mer.
 
 Des fleurs, des fleurs, encore des fleurs. Et une jolie fleur parmi les fleurs. 

Retrouvez-moi sur mon compte Instagram @marionromain !
EnregistrerEnregistrer
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 20 mars 2017

Bonjour le printemps : broderie de saison


Comme je suis contente de partager avec vous ma première broderie printanière ! J'ai passé mon week-end à m'extasier devant la beauté des magnolias en fleurs, que j'ai traqués un peu partout autour de chez moi. J'ai remarqué que les plus beaux allaient souvent avec les plus jolies maisons, des bâtisses des années 30, par exemple, pleines de caractère,  et qui ont vieilli avec ces arbres qui ont eu tout le temps de s'étoffer et de s'affirmer de façon aussi majestueuse. 

Je n'ai pas résisté à l'envie de prendre ces quelques photos devant un énorme magnolia stellata blanc pour vous présenter ma broderie dans un environnement plus que printanier. Je crois que ça se voit sur la photo d'ouverture, je suis plus que ravie de voir ainsi la nature fleurir à nouveau. 

Ravie de dire au revoir à l'hiver, de retrouver davantage de lumière, et de profiter de balades sous des températures déjà un peu plus douces. Pour ce qui est de  l'inspiration en revanche, je dois dire que l'hiver m'allait plutôt bien, et que j'ai eu plus de mal à amorcer le virage vers des broderies plus printanières : il me semblait avoir encore une foule d'envies de dessins brodés construits autour des textures des pulls d'hiver, des bonnets, etc. Elles attendront l'hiver prochain !

Ma frustration est vite passée en redécouvrant notamment le plaisir de broder des fleurs, que j'avais totalement laissées de côté depuis quelques mois.

Pour cette broderie, j'avais en tête le  retour des beaux jours, les premiers déjeuners pris dehors, et surtout, une vision un peu fantasmée du printemps, que cette chaise de style classique m'évoquait complètement. C'est la chaise que je me hâterais de glisser sous un magnolia ou un cerisier en fleurs, dans un jardin clos de murs, si je disposais moi-même d'une jolie petite maison à la campagne.


Comme d'habitude, voilà la décomposition des points et couleurs que j'ai utilisés, avec les fils moulinés de chez DMC :

Jeune fille :
- contours au point de tige (1  fil, noir)
- jupe : passé empiétant (3 fils, réf. 823)
- buste : un simple damier réalisé avec une épaisseur de fil (réf. 823). J'ai réalisé un tramage vertical, en essayant de garder un espacement régulier entre chaque fil, puis j'ai fait la même chose horizontalement. Le plus important à ce moment-là est de s'assurer que le tissu reste parfaitement tendu, de telle sorte que le damier le soit aussi une fois terminé. Mon objectif était de me rapprocher d'un tissu vichy (un de mes péchés mignons pour les vêtements, dès le retour des beaux jours), et je suis assez satisfaite de l'aspect obtenu, qui apporte un rendu graphique à l'ensemble.
- les petits boutons sont ajoutés au point de noeud à la fin (2 fils, réf. 823)

Chat :
- contours au point de tige (1 fil, réf. 841).
- pelage réalisé au passé empiétant (2 fils) à l'aide de trois couleurs (841, 842, 3790) : J'avais devant moi un parfait modèle vivant pour essayer de reproduire un pelage quelque peu nuancé, et je dois dire que broder cette déclinaison crème était un exercice tout nouveau pour moi.

Chaise :
- structure au point de tige (1 fil, réf. 3363)
- assise au passé plat (2 fils, réf. 3364)

Le bouquet et la couronne de fleurs :
- tiges au point  de tige (1 fil, réf. 3364 et 729)
- roses réalisées au point d'araignée (2 fils)
- quelques fleurs éparses au point de noeud (2 fils)
- fleurs à pétales réalisées au point de bouclette (2 fils)
Pour ces fleurs, j'ai utilisé un camaïeu de roses autour des fils de références 353, 543, 758 et 950.

Ma manière de procéder : je commence par réaliser les tiges de la base du bouquet, pour commencer à voir la direction dans laquelle je veux aller. Ensuite, je brode les fleurs en me laissant aller au gré de mon imagination, sans trop réfléchir je dois dire. Quand j'ai terminé de broder des fleurs, je viens ajouter des petites touches finales de vert ici et là. Elles permettent de créer des liaisons entre les fleurs et de ne pas faire du bouquet quelque chose de complètement flottant.
Pour faire le plein d'inspiration avec de superbes bouquets brodés, je ne saurais que vous conseiller d'aller jeter un oeil sur le travail d'Erin McMom, que je trouve vraiment impressionnant dans ce registre.

Impossible de partager cette broderie avec vous sans ajouter cette photo de celle qui a forcément été un peu mon modèle, que dis-je, ma muse !

J'espère que vous aurez apprécié cette première broderie de saison autour d'un "printemps fantasmé". Avez-vous aussi comme moi quelques "clichés" qui vous reviennent à l'arrivée du printemps ? Des couleurs, des odeurs qui vous ramènent inlassablement au retour des beaux jours ?

Dans tous les cas, je vous souhaite à tous une très belle journée de printemps !
Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 17 mars 2017

Mes bonnes adresses à Lisbonne

Après mon dernier article sur Lisbonne, où je vous parlais de la sensation étrange de retrouver cette ville que j'avais déjà visitée dix ans auparavant, je reviens pour partager avec vous mes bonnes adresses dans la capitale portugaise. 
Comme à mon habitude, j'ai réservé un logement sur Airbnb. J'ai choisi une chambre privée chez l'habitant, ce que je ne fais pas souvent, mais les commentaires unaniment positifs formulés à l'égard de Rui et Lily m'ont incitée à bousculer mes habitudes. Sans compter qu'en plus du tarif imbattable, ayant décidé de voyager seule, j'étais  plutôt contente de pouvoir discuter de mes journées avec quelqu'un en rentrant le soir. Ma chambre était lumineuse, et il y avait tout ce qu'il faut dans cet appartement très bien situé, qui permettait de rejoindre l'Alfama à pied. ET il y avait un chat. Ca compte.


Le Time out : il est situé dans le Mercado do Ribeiro, de grandes halles des années 30 situées tout près des docks et du Cais do Sodré, un endroit que j'adore au Soleil couchant. Le concept du Time out est assez chouette, bien que les prix pratiqués soient dans la moyenne haute de ce qui peut se trouver à Lisbonne en matière de street food. Au Time out, on trouve une quantité incommensurable de stands (souvent des annexes d'adresses incontournables de la ville, comme la pâtisserie la Mantegaria, qui y est présente) auprès desquels vous passez commande pour ensuite manger au milieu de l'immense halle, sur de longues tables hautes façon comptoir. L'endroit est plutôt bruyant (surtout le week-end), mais j'ai apprécié cette ambiance où se côtoient des personnes aux profils très différents. On peut tout aussi bien venir en famille qu'entre amis, ou même seul avec un bon livre ou son smart phone pour profiter du Wifi ! 
A droite, un burger au saumon et encre de seiche… Dépaysant !

Les Pasteis de nata : 

Je ne vous apprendrai pas que les meilleures sont à Belem. Je me rappelais encore le goût de celles goûtées lors de mon premier séjour à Lisbonne, il y a 10 ans, et je ne pouvais pas imaginer ne pas renouer avec cette saveur inoubliable. La réputation de la pâtisserie est toujours aussi méritée, même si l'affluence sans nom a tendance à nuire à la qualité du service (je déteste avoir l'impression d'être surveillée pour estimer le temps restant avant que je libère la table). 
Ceci étant dit, je me suis donnée comme mission de tester d'autres pasteis de nata et d'en trouver qui puissent tenir la comparaison, car mine de rien, Belem n'est pas ce qu'on pourrait qualifier un quartier central pour qui aurait une envie soudaine de pasteis de nata. 
Entre quelques déconvenues, je retiendrai donc deux adresses, qui font plus que tenir la comparaison avec les pasteis de Belem : 

  • La Mantegaria, parfaite pour une petite douceur en visitant le quartier du Bairro Alto.

  • … et la Pastelaria Alfama Doce, une institution située dans le quartier adorable de l'Alfama, et dont le caractère beaucoup plus tranquille qu'à Belem la place même au-dessus de cette dernière à mon avis en matière de charme et de service. 

La Cantina das freiras : ce n'est pas vraiment pour sa cuisine que je vous recommande cette cantine, car ici, on déjeune de façon extrêmement simple (mais fait maison), mais cet endroit m'intriguait beaucoup, car j'avais lu qu'il était tenu par une association catholique, qu'il était pratiquement invisible de la rue, et que le trouver relevait du parcours du combattant. Ni une, ni deux, il ne m'en fallait pas plus pour me lancer le défi d'aller y manger. Et en effet, ce n'est pas si évident, car  dans la rue, une toute petite indication sur la porte vous confirme que le restaurant se situe à l'étage. L'endroit est très calme, et dispose une terrasse insoupçonnable, avec une superbe vue sur le Tage. 

Le Copenhagen Coffee lab : vous l'aurez deviné, ce n'est pas le côté typique de l'endroit qui m'a attirée, mais justement tout l'inverse, car il faut bien dire que la tendance scandinave est assez rare à Lisbonne, et tomber sur ce café par hasard, dans le quartier de Principe Real, m'amusait beaucoup. Il paraît - mais je n'en bois pas - que c'est ici qu'on trouve le meilleur café de Lisbonne. 



Le Pois Café : le voilà, le fameux café qui m'avait marquée lors de mon premier séjour à Lisbonne, et qu'il me tardait de retrouver. L'endroit, situé dans une ancienne écurie, n'a rien perdu de son charme, et les fauteuils sont toujours aussi moelleux. Sans parler des pâtisseries, parmi lesquelles on n'arrive pas à choisir. 




Le Café Garagem : une super adresse que ce café situé dans le théâtre du même nom. Il faut descendre au sous-sol pour découvrir un superbe café avec verrière et large vue sur Lisbonne et le Tage. Pour ne rien gâcher, il y a des broderies au mur, l'endroit était donc fait pour moi !

Landeau Chocolate : ici, vous avez le choix entre du gâteau au chocolat… et du gâteau au chocolat. On se doute bien que pour avoir fait de celui-ci l'unique possibilité à la carte, c'est qu'il doit avoir des arguments. Je peux vous confirmer qu'il en a, je le retiens parmi les meilleurs gâteaux au chocolat que j'ai pu manger dans ma vie. Rien que ça. 

La Confeitaria nacional : c'est un peu l'équivalent lisboète de Ladurée, et il est vraiment à la hauteur de sa réputation. J'y suis allée pour un petit déjeuner bien gourmand, dès l'ouverture, ce qui m'a permis d'être royalement placée pour voir s'éveiller par la fenêtre la praça da Figueira. J'ai testé trois pâtisseries, et n'ai été déçue que par la pastel de nata, les deux autres étant absolument exquises. Pour ne rien gâcher, le décor est superbe, et l'endroit est doté du charme d'antan propre à toutes ces grandes maisons de pâtisserie, tout en ayant su garder une vraie chaleur humaine, ce qui est loin d'être le cas partout dans ce genre d'établissements. Incontournable  !

La Pastelaria suiça : encore une autre pâtisserie réputée de Lisbonne, que je n'ai pas pu m'empêcher de tester, et encore de délicieuses spécialités qui font toutes envie, même s'il n'y a pas match avec la Confeitaria nacional citée juste avant. 

Organi Chiado : parfaite option pour manger végétarien (ou végan), qu'on soit végétarien ou qu'on souhaite simplement changer des sardines ! Les produits sont bons et bio, l'accueil fort sympathique, que demander de plus ? 

La Cantina LX : située dans le quartier réhabilité de LX Factory, dont je vous parle plus bas, une chouette adresse ambiance brocante-indus comme je les aime, pour une cuisine et un service au top qualité. 

Je n'ai pas pu tester : 

- le Noobaï Café, à propos duquel je n'ai pourtant lu que des éloges, notamment pour sa superbe vue sur le Tage, mais qui était malheureusement fermé pendant de mon séjour.


A loja : une petite boutique très mignonne où Marie-Gabrielle, une française, propose des créations portugaises, avec un petit accent kitsch-vintage qui m'a bien plu. Je vous conseille fortement les crèmes pour les mains à l'amande, un délice olfactif fabriqué à Lisbonne, et dont raffole  - paraît-il - Inès de la Fressange.

La Feira da ladra : "la foire à la voleuse", un grand marché aux puces qui se tient chaque mardi et samedi, et qui doit son nom à sa réputation : on dit que quand on s'est fait voler son téléphone ou son appareil photo la veille, il n'est pas impossible de le retrouver sur un stand de cette brocante le lendemain matin ! 
- Le Miradouro Santa Luzia et son mignon petit jardin Julio Castilho, avec sa tonnelle et ses murs recouverts d'azulejos. 
A ce belvédère, je serais tentée d'ajouter TOUS les belvédères de la ville, mon préféré étant sans conteste le Miradouro da Senhora do Monte, qui est aussi le plus élevé, donc logiquement celui qui permet d'embrasser la meilleure vue sur le Tage ainsi que sur le château, situé sur une colline voisine. 

- Le "musée" extérieur dédié au street art, sur la pente empruntée par l'elevador da Gloria, de quoi récompenser les courageux qui ont décidé de monter à pied. 

-  Les escaliers de Sao Cristovao, que vous pouvez emprunter depuis la rua da Madalena : si vous êtes comme moi un(e) féru(e) de street art. Il y a des chances pour que vous deviez de toutes façons passer par là pour monter jusqu'au château de Sao Jose. Pour ma part, j'y suis passée, et repassée une fois, deux fois sans le vouloir au fil de mes visites. En haut des escaliers, après avoir repris votre souffle en vous posant sur le banc qui ne peut pas être là par hasard, ça vaut le coup de jeter un dernier regard sur toutes les fresques, encore plus belles je trouve vues d'en haut. 

- La LX Factory, un repaire à hipsters endroit assez fou imaginé en guise de réhabilitation de friches industrielles, juste au-dessous du pont du 25 avril. J'ai eu un mal fou à trouver l'entrée (mais a priori c'est moi qui ai compliqué les choses), mais mes errances ont été récompensées, tellement les lieux valent d'être découverts. On voit bien que nous n'en sommes qu'aux prémices, car il reste beaucoup de bâtiments encore inoccupés, mais j'espère que de belles années attendent encore cet endroit, où se mêlent restaurants tous plus place to be les uns que les autres, boutiques et concept stores, le tout entre des murs de briques, d'anciens entrepôts, du street art… C'est là que j'ai découvert le fameux gâteau au chocolat de chez Landeau ainsi que le restaurant LX Cantina. 

Info supplémentaire :

Je suis partie avec la compagnie Transavia, dont j'avais reçu un mail promotionnel de longs mois avant de faire ce voyage, ce qui m'a permis de bénéficier du tarif un peu fou de 89 euros l'aller-retour. 
Je réserve rarement un voyage aussi tôt, mais connaissant déjà mes disponibilités pour le mois de février dernier à l'époque où j'ai reçu le mail, je n'ai pas hésité longtemps pour confirmer mes billets. 

Je sais que Lisbonne est une destination assez prisée au printemps, alors si vous avez la chance d'y séjourner bientôt, j'espère que cet article vous sera utile. N'hésitez pas à partager vos bonnes adresses en commentaire si vous connaissez bien la capitale portugaise !
EnregistrerEnregistrer
Rendez-vous sur Hellocoton !