lundi 28 juillet 2014

Trois jours à Groix

Patientant dans mes dossiers poussiéreux depuis le mois de mai, ces photos de l'Île de Groix, à laquelle je voulais consacrer un article. 

Je crois qu'à Groix, il est possible de vivre les quatre saisons en l'espace d'une journée. Après avoir frissonné, écharpe remontée jusqu'au nez, bonnet vissé jusqu'aux yeux tandis que je parcourais l'île à vélo avec la pluie et le vent de face en me demandant ce que j'étais bien venue faire dans cette galère, c'est un soleil et une chaleur presque estivale qui ont succédé aux conditions dantesques. 

Les temps changeants de ce type me fascinent assez, par la capacité qu'ils ont de bousculer les paysages, les atmosphères et les êtres. Au fond, même lorsque je bougonnais sur mon vélo, je la trouvais encore merveilleusement belle cette île bretonne dans tous ses états, avec ce côté sauvage et hirsute qui me plaît tant sur les bords de mer. 
Dans l'interstice, au loin dans la tempête, le phare de Pen-Men, plus puissant phare du Morbihan. 
Cette bicoque désaffectée a été un abri de fortune parfait, au Nord-Ouest de l'île, le temps de rire de nos vêtements détrempés et de jouer à qui perdait le moins sa dignité en disparaissant sous les liens resserrés de sa capuche K-way. 

Quelques heures plus tard, nous le tombions, ce K-way, pour redécouvrir les mêmes côtes sous un soleil soudainement retrouvé. 

Nous avons parcouru l'île à vélo, le meilleur moyen je crois, pour en savourer au mieux les petits trésors cachés, les rencontres au coin de la rue, et pour apprécier le voyage à son rythme, avec un vrai sentiment de liberté. Dans une démarche éco-responsable, les vélos ne sont pas autorisés sur les sentiers côtiers, afin d'en préserver le tapis végétal. Nous posions donc régulièrement nos montures pour partir à l'aventure à pied et découvrir des falaises de natures très variées.


Groix est une île dotée d'un certain dénivelé (que l'on perçoit assez bien lorsqu'il s'agit de pédaler vers le Bourg depuis Port-Tudy, où accostent les bateaux), tant et si bien qu'à mesure que notre petite vie s'y organise, on peut facilement oublier que nous sommes sur une île, la mer n'étant pas forcément visible de là où nous nous trouvons. Cet aspect-là m'a plu, Groix, ça n'est pas qu'une île, c'est un vrai petit monde. Une multitude de villages bien mignons jalonnent l'environnement, entre petites maisons de pêcheurs et maisons d'armateurs joyeuses et colorées.

  
Port-Tudy


Par moments, je me suis crue, tout simplement, en balade à la campagne, où l'on file cheveux au vent dans les descentes et où on galère dans les côtes en devant pousser son vélo la langue pendante. 

Découvert au cours d'une de ces balades, le Fort du Grognon, construit à la fin du XIXè siècle. Un espace atypique, volontiers insolite et quelque peu surréaliste.  J'ai cru comprendre que l'endroit, plus ou moins abandonné depuis des décennies, faisait l'objet de tensions quant à son utilisation, tantôt squat, lieu de concerts et d'opérations artistiques. Moi il m'a plu au premier regard avec son joyeux bazar, ses coccinelles aux murs et son architecture. J'espère qu'on saura tirer parti dans les années à venir d'un si beau potentiel. 


Au départ de l'île, dans une jolie lumière déclinante, quelques derniers coups d'oeil jetés sur Port-Tudy...

Quelques petites informations pratiques : 

Comment s'y rendre : 
La traversée (45 minutes environ) s'effectue depuis le port de Lorient. Les voitures peuvent embarquer dans le bateau. 


Location de vélos :
Il existe de nombreuses possibilités pour louer des vélos, les garages de location s'étalant sur tout le quai, dès l'arrivée à Port-Tudy. Sur les conseils unanimes de nos deux volubiles chauffeurs de car, nous avons loué nos vélos tout au bout du quai, auprès de Régis, Au Vél'o vert. Aucun regret sur notre choix, les vélos sont (verts, donc) récents, légers, et très maniables. Si j'ai l'occasion de retourner à Groix, aucun doute que je louerai à nouveau là-bas les yeux fermés. 

Se loger :
Nous avions fait le choix de louer une petite maison de pêcheur typiquement bretonne en passant par le site Airbnb. Notre "mignonne maisonnette" était - en effet - très petite, mais bourrée de charme, et correspondait complètement à l'expérience que nous avions envie de vivre sur cette île. En l'occurrence, elle était un point de départ parfait pour aller explorer les falaises abruptes du Nord-Ouest de l'île, et nous permettait de rejoindre le Bourg en 10 petites minutes de vélo. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires:

  1. Réponses
    1. Je te le confirme, je crois que c'est une île qui a mille visages !

      Supprimer
  2. Les photos sont très belles, ça donne envie d'y aller !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Je suis contente si j'ai pu rendre un peu honneur à cette île.

      Supprimer
  3. Belles photos, et merci pour la photo de mon voilier.
    Jean-Pierre C

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien merci, et de rien. Quel qu'il soit, il fut à coup sûr très photogénique, votre voilier.
      Marion

      Supprimer