vendredi 26 septembre 2014

Istanbul, j'ai aimé tes mille visages / Part. 2



Une foule de visages, encore, après ceux mentionnés ici la semaine dernière. Et, foulant le sol de ces trois autres quartiers d’Istanbul, une foule de nouveaux coups de cœur.

L’Histoire de Sultanahmet


En montant dans le tram menant de Kabataş à Sultanahmet, traversant le Bosphore par le pont de Galata, on comprend assez vite pourquoi ce quartier attire autant de monde. C’est lui, le quartier de l’Histoire, c’est là Byzance, c'est là Constantinople. On vient de poser le pied sur celle qu'on appela jadis la Nouvelle Rome, et, moi, je trouve que cela fait quelque chose. Et puis, quand bien même on se moquerait des héritages, c’est beau, tout simplement, terriblement beau, sans autre considération aucune.


Le palais de Topkapi m’a laissé le souffle coupé par tant de beauté. 


Sonné par la succession de dorures, de mosaïques et de marqueteries, quand on croit avoir engrangé plus de somptuosité qu’on est capable de recevoir à la fois, on arrive sur la terrasse dominant la Corne d’Or, le Bosphore et la Mer Marmara. Là, on est encore soulevé par quelque chose de plus somptueux, de plus monumental. On explose.


L’authenticité de Balat, Fener et Fatih

Bien loin des apparats de Sultanahmet, j’ai aimé l’authenticité de Balat, ce quartier juif resté très traditionnel, celle, également, de Fener, le quartier grec. Pas de boutiques touristiques (pas beaucoup de touristes non plus, d’ailleurs), pas de restaurants à chaque coin de rue, mais du linge qui sèche sur des fils tendus au-dessus des rues, des maisons de bois, certaines d'entre elles semblant pouvoir tomber en un souffle. 


J’ai aimé lire dans mes guides touristiques que les plans de ces quartiers étaient surtout proposés à titre informatif, sans pouvoir être tout à fait fiables. Aucun plan n’existe en effet à ce jour capable de rendre réellement compte de la topographie des rues de Balat et de ses voisins. Cela a ajouté du charme à la visite, que nous avons menée avec pour seul repère celui de rejoindre la mer. 


D’emblée, la visite promettait d’être une plongée dans un monde à part, une remontée dans le temps. Dans le quartier de Fatih, très conservateur, il nous a semblé, spontanément, devoir traverser les rues sur la pointe des pieds, en silence, presque, pour ne pas déranger, ne pas abîmer. Comme une visite de mosquée à ciel ouvert, dans le respect des traditions et des croyances.


Regarder la nuit tomber, au-dessus du cimetière ottoman d'Eyup. 

Les architectures des Îles des Princes


Le patron belge de la boutique Fettah Seramik, rencontré dans le quartier de Fatih, nous avait ri au nez lorsque nous lui avions exposé notre intention de nous rendre sur les Îles des Princes un dimanche : « un dimanche aux Îles des Princes, en plein mois d’août ? Attention à ne pas tomber à l’eau, dans le bateau bondé ! » 

Pensant au fait qu’il devait maîtriser un tout petit peu plus son sujet que nous, nous lui avons fait confiance et avons interverti deux jours de notre programme pour visiter les Îles des Princes en semaine. Je ne saurais dire si ce monsieur nous a sauvés de la noyade, mais il nous a permis en tout cas de profiter des Îles des Princes dans une plus grande quiétude, en arpentant des rues calmes et aérées.



J’ai compris assez rapidement pourquoi les îles sont si prisées des habitants d’Istanbul voulant s’éloigner du fourmillement de la ville le temps d’une excursion. Les paysages que j’ai découverts sur l’île d’Heybeliada, deuxième île de l’archipel en termes de superficie, m'ont charmée instantanément.



L’architecture semblait vouloir me projeter tout à coup bien loin de la Turquie, dans un décor de film, dans une atmosphère digne de la Nouvelle Orléans. Les rencontres faites sur place m’ont appris que des films, d’horreur, notamment, était régulièrement tournés ici. 



La balade s'est achevée sur une note aussi douce qu'étrange, installée à la terrasse d'un salon de thé au service adorable, emprisonnant du regard tout ce qu'il est possible d'attraper au vol, tentant d'enregistrer tout à la fois les images, les ambiances, les couleurs et les parfums : il est de ces endroits dont on est intimement convaincu en les découvrant qu'on ne les arpentera qu'une fois dans sa vie. Là, perdue au milieu de la mer Marmara, j'étais accompagnée de cette étrange intuition que l'heure était venue de dire adieu, non au revoir, à cette île qui m'avait tant plue. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

12 commentaires:

  1. Ah ça me rappelle de fabuleux souvenirs !!! Merci pour ces photos :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'en prie. Les souvenirs sont faits pour être rappelés, très contente de raviver ceux-ci dans ta tête. ;)

      Supprimer
  2. Je suis allée ce weekend à Istanbul et ça me fait du bien de me replonger dans tes photos !
    Elles sont vraiment très belles. J'ai vu les mêmes choses que toi et me suis promenée dans les mêmes rues aussi ! J'ai trouvé cette ville extraordinaire !

    x,
    Maïa
    www.wildandfolkheart.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce week-end ? Drôle de coïncidence !
      Je ne me suis jamais acclimatée à la chaleur turque, lorsque j'y suis allée au mois d'août, et en même temps j'ai passé deux semaines à grelotter, à mon retour en France, avec nos températures pourtant clémentes. Je me demande à quoi ressemblent les journées de ce point de vue-là, en cette fin de mois de septembre, là-bas.
      Merci pour ce petit mot, c'est très gentil de ta part.

      Supprimer
  3. Tes photos sont très belles. Je ne connais pas Istanbul, mais j'espère bien allée y faire un petit tour prochainement :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te le souhaite vivement !
      Et... merci ! ;)

      Supprimer
  4. Merci pour tes belles photos qui me donnent très envie de retourner à Istanbul... Je me rends compte qu'il y a plein d'endroits que je n'ai pas eu le temps de voir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la sensation qui m'accompagnait aussi le matin de mon départ. Je pense avoir réellement exploité chaque jour de mon voyage pour découvrir de multiples facettes de la ville, mais pour autant, j'ai quitté Istanbul avec une longue liste de choses ou escapades que je n'ai pas eu le temps de faire. Je pense que c'est le lot de tout voyage.

      Supprimer
  5. Félicitations pour ces 2 articles sur Istanbul!
    D'origine turque, je n'ai que peu découvert cette ville et pourtant,j'en rêve.
    A chacune de mes bref passages, je me suis étrangement sentie un peu comme à côté du monde...et pourtant tellement bien au centre!
    Ces photos sont magnifiques, mystérieuses et suggestives, elle n'en donnent que plus envie de vivre cette ville.
    Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est moi qui te remercie, pour ce si gentil mot ! Je suis très touchée par la manière dont mes photos t'ont parlé. Et on ne peut plus ravie d'avoir réussi à te toucher à travers ces deux articles, d'autant plus heureuse qu'ils t'aient parlé à toi qui as des racines turques. Je te souhaite de tout coeur de pouvoir découvrir Istanbul plus en profondeur.

      Supprimer