lundi 27 avril 2015

Pimp my coloriage

Le coloriage, je n'ai jamais accroché. 


Plus petite, j'ai sûrement été quelque peu conditionnée à penser que le coloriage "étriquait" l'imagination en posant dès le départ des contours à nos couleurs, quand on pourrait s'inventer mille histoires sur le papier, emprunter un chemin sans trop savoir où le crayon va nous mener, et puis petit à petit, gorger la feuille de fleurs, de reines et de rêves.

Aujourd'hui, je pense que cette idée joue encore en moi, au moins inconsciemment. Dans les moments de creux où je pourrais me laisser tenter, il y a toujours une petite voix pour me chuchoter : "tu as un peu de temps devant toi, de ce fameux temps qui te manque toujours pour dessiner comme tu voudrais". Alors ce temps précieux, quand il se présente à moi, je le remercie plutôt de m'autoriser une petite plage horaire pour dessiner. 

Quand la vague de livres de coloriages a déferlé dans les magasins, j'ai donc seulement suivi cela d'un oeil, m'étonnant tout de même parfois de la justesse et de la précision des traits, de la variété des thèmes... Pourtant, je suis restée à côté.

Mais il y a quelques semaines, j'ai découvert le Zentangle grâce à un article paru dans Flow magazine, et j'ai immédiatement apprécié ces gribouillages créatifs participant d'une méthode de relaxation et de méditation. J'y ai vu aussi une synthèse entre le relatif abandon dans lequel peut nous plonger l'action de colorier, et la liberté du dessin. Avec le Zentangle, je pouvais continuer à créer des formes, à choisir des motifs, à inventer au fur et à mesure sans trop savoir où cela conduirait au final. Ca me convenait bien. 

À la lecture du premier numéro du magazine As you like, il y a peu, j'ai beaucoup aimé un des coloriages proposés à la fin. Un enchevêtrement de jolis immeubles cossus aux fenêtres élégantes et balcons ferraillés. J'ai presque eu envie de le colorier... mais en fait non (toujours cette petite voix). 

Je l'ai laissé me narguer quelques jours, et puis j'ai finalement eu l'idée de remplir toute cette petite ville de motifs inspirés de la méthode Zentangle. Et alors j'ai arrêté de culpabiliser. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires:

  1. Wha quelle superbe idée ! Il est magnifique comme ça ! T'es vraiment douée ! J'aime aussi beaucoup cette idée qu on puisse être libre et que le dessin final ne doit pas forcément représenter qqch ! C'est bien l'abstrait, c'est libérateur ! Faut vraiment que je m'y remette ! Merci pour ton bel article !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est moi qui te remercie pour ce gentil mot !

      Supprimer
  2. Super !!! J'ai envie de m'essayer aussi au zetangle mais je ne sais pas par où commencer ><

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faut pas avoir peur de se lancer ! Pour le premier, je m'étais imprégnée de tout plein de motifs glanés ici et là en faisant quelques recherches sur le web. J'y avais aussi trouvé de bons conseils pour construire la trame supportant les différents motifs. ;) Mais je trouve tout aussi intéressant et amusant de s'affranchir des règles de la méthode pour amener le Zentangle sur le terrain de dessins plus figuratifs.

      Supprimer