lundi 5 octobre 2015

Ploumanac'h, de l'or rose


Je n'avais pas prévu d'escapade ce dimanche-là. Si je me souviens bien, j'avais même plutôt prévu de jouer les ermites et de bricoler, travailler, bricoler. Mais ce n'était pas possible, pas possible de faire cet affront au ciel si beau que me réservait la Bretagne depuis deux jours, à ce sursis d'été qui me tendait les bras. J'ai rouvert la liste de mes envies de découvertes bretonnes, parmi tout ce que la région regorge d'endroits si semblablement beaux et pourtant si différents les uns des autres. J'ai repensé qu'en août dernier, j'avais voulu découvrir Ploumanac'h, tout près de Perros Guirec, et que le temps m'ayant manqué, j'avais remisé ce projet à l'été prochain. Je n'ai guère réfléchi plus longtemps, pas mécontente de cette page d'été supplémentaire. 

Ni une, ni deux, j'ai traversé la Bretagne du sud vers le nord et sa côte de granit rose, quitté mon sud Finistère pour traverser les Monts d'Arrées et gagner les Côtes d'Armor, longer longuement par la route les bords de mer à Saint-Michel-en-grève, lorgner sur les cerf-volants comme un avant goût de la suite, vérifier le GPS et ne plus tenir des vingt minutes à devoir rouler encore avant d'atteindre ma destination finale.

Ploumanac'h, j'en ai entendu parler pour la première fois très récemment, il y a quelques mois, après que ce petit paradis a été mis à l'honneur par une émission de France 2 animée par Stéphane Bern. J'avais vaguement entendu dire qu'un village breton avait été "élu" le "Village préféré des Français", et bien que parfaitement consciente du fait que tout cela n'est que de la télévision, je m'étais promis de m'intéresser de plus près à Ploumanac'h. Car je ne sais que trop bien qu'on a toujours encore mille lieux et petits trésors à découvrir dans sa propre région.

Trésor, Ploumanac'h en est un, j'ai pu le constater, un trésor d'or rose, et je me suis finalement félicitée d'avoir attendu le départ des flots de touristes estivaux pour le découvrir plus tranquillement. Je ne saurais décrire l'atmosphère qui m'a enveloppée sitôt arrivée sur place. J'ai été saisie par la lumière, une douce lumière rosée, à l'image du granit rose qui fait tout le charme de l'endroit. La journée était-elle particulière, était-elle significative de ces jours d'été qui s'invitent en automne, plus doux et moins chauds ? Toujours est-il que j'ai été saisie par la lumière matinale qui m'a semblé s'éterniser, jusqu'au-delà de midi, là où les contrastes sont habituellement durs et tranchés. Ici, la lumière est restée rose, douce et cotonneuse, comme si, ricochant sur le granit rose, il ne pouvait en être autrement.

Il faudra que j'y retourne, un jour, à l'heure du Soleil couchant qui, paraît, embrase les roches d'une manière incomparable. 


J'ai emprunté un peu le sentier des douaniers, respirant avec bonheur le parfum des eucalyptus abritant le chemin, pour marcher jusqu'au phare de Men-Ruz, résistant on ne sait trop comment sur un tas de rochers, imposant et fragile à la fois. Le phare d'origine était construit en granit gris. Ce n'est qu'après avoir été détruit pendant la Seconde Guerre mondiale, qu'il a été entièrement rebâti en granit rose. 

J'ai vu des visages endormis, tranquilles et imperturbables face aux flots, visages de pierre dans les rochers de granit. Vous le voyez ce crâne de profil ? Et Cyrano de Bergerac, le voyez-vous comme je le vois parmi ces photos, dormant la bouche ouverte ? 
Ceux-là, peut-être suis-je la seule à les avoir vus ainsi, mais ici les rochers ont vraiment des petits noms, parmi lesquels le chapeau de Napoléon, le lapin ou le champignon. 


J'ai failli passer à côté de l'Oratoire Saint-Guirec, pourtant bien visible à marée basse. Il est construit sur une stèle datant de l'époque gauloise, et participe à une de ces nombreuses légendes dont la Bretagne a le secret : on raconte que les jeunes filles désirant se marier doivent piquer une aiguille dans le nez de Saint Guirec. Si celle-ci reste en place, mariage assuré dans l'année !
Le visage de la statue d'origine (en bois) a été tellement abîmé qu'il a fallu remplacer celle-ci par une copie en granit !

Au pied du phare, plein vent dans les mollets.

Rendez-vous sur Hellocoton !

7 commentaires:

  1. Je ne connais pas encore ce coin mais je pense que d'y aller hors saison était la meilleure des idées!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, surtout avec la publicité de ces dernières mois ! Merci pour ton commentaire.

      Supprimer
    2. Oui, en effet, il y a moins de monde hors saison. Attention, par contre, il y a des parkings payants... Depuis la fameuse émission ! (et nous, on râle un peu) ;)

      Supprimer
  2. Ces rochers, ce granit rose, ce ciel bleu. Que cela devait être bon d'y être.
    Merci pour ce petit voyage (:

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien ! ;) C'est vrai que c'était un dimanche très appréciable, un petit bout d'été bonus après le départ des vacanciers.

      Supprimer
  3. Ah, mes belles Côtes d'Armor. Tes photos sont très jolies. :)
    xx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! C'est bien joli par chez toi.

      Supprimer