vendredi 17 mars 2017

Mes bonnes adresses à Lisbonne

Après mon dernier article sur Lisbonne, où je vous parlais de la sensation étrange de retrouver cette ville que j'avais déjà visitée dix ans auparavant, je reviens pour partager avec vous mes bonnes adresses dans la capitale portugaise. 
Comme à mon habitude, j'ai réservé un logement sur Airbnb. J'ai choisi une chambre privée chez l'habitant, ce que je ne fais pas souvent, mais les commentaires unaniment positifs formulés à l'égard de Rui et Lily m'ont incitée à bousculer mes habitudes. Sans compter qu'en plus du tarif imbattable, ayant décidé de voyager seule, j'étais  plutôt contente de pouvoir discuter de mes journées avec quelqu'un en rentrant le soir. Ma chambre était lumineuse, et il y avait tout ce qu'il faut dans cet appartement très bien situé, qui permettait de rejoindre l'Alfama à pied. ET il y avait un chat. Ca compte.


Le Time out : il est situé dans le Mercado do Ribeiro, de grandes halles des années 30 situées tout près des docks et du Cais do Sodré, un endroit que j'adore au Soleil couchant. Le concept du Time out est assez chouette, bien que les prix pratiqués soient dans la moyenne haute de ce qui peut se trouver à Lisbonne en matière de street food. Au Time out, on trouve une quantité incommensurable de stands (souvent des annexes d'adresses incontournables de la ville, comme la pâtisserie la Mantegaria, qui y est présente) auprès desquels vous passez commande pour ensuite manger au milieu de l'immense halle, sur de longues tables hautes façon comptoir. L'endroit est plutôt bruyant (surtout le week-end), mais j'ai apprécié cette ambiance où se côtoient des personnes aux profils très différents. On peut tout aussi bien venir en famille qu'entre amis, ou même seul avec un bon livre ou son smart phone pour profiter du Wifi ! 
A droite, un burger au saumon et encre de seiche… Dépaysant !

Les Pasteis de nata : 

Je ne vous apprendrai pas que les meilleures sont à Belem. Je me rappelais encore le goût de celles goûtées lors de mon premier séjour à Lisbonne, il y a 10 ans, et je ne pouvais pas imaginer ne pas renouer avec cette saveur inoubliable. La réputation de la pâtisserie est toujours aussi méritée, même si l'affluence sans nom a tendance à nuire à la qualité du service (je déteste avoir l'impression d'être surveillée pour estimer le temps restant avant que je libère la table). 
Ceci étant dit, je me suis donnée comme mission de tester d'autres pasteis de nata et d'en trouver qui puissent tenir la comparaison, car mine de rien, Belem n'est pas ce qu'on pourrait qualifier un quartier central pour qui aurait une envie soudaine de pasteis de nata. 
Entre quelques déconvenues, je retiendrai donc deux adresses, qui font plus que tenir la comparaison avec les pasteis de Belem : 

  • La Mantegaria, parfaite pour une petite douceur en visitant le quartier du Bairro Alto.

  • … et la Pastelaria Alfama Doce, une institution située dans le quartier adorable de l'Alfama, et dont le caractère beaucoup plus tranquille qu'à Belem la place même au-dessus de cette dernière à mon avis en matière de charme et de service. 

La Cantina das freiras : ce n'est pas vraiment pour sa cuisine que je vous recommande cette cantine, car ici, on déjeune de façon extrêmement simple (mais fait maison), mais cet endroit m'intriguait beaucoup, car j'avais lu qu'il était tenu par une association catholique, qu'il était pratiquement invisible de la rue, et que le trouver relevait du parcours du combattant. Ni une, ni deux, il ne m'en fallait pas plus pour me lancer le défi d'aller y manger. Et en effet, ce n'est pas si évident, car  dans la rue, une toute petite indication sur la porte vous confirme que le restaurant se situe à l'étage. L'endroit est très calme, et dispose une terrasse insoupçonnable, avec une superbe vue sur le Tage. 

Le Copenhagen Coffee lab : vous l'aurez deviné, ce n'est pas le côté typique de l'endroit qui m'a attirée, mais justement tout l'inverse, car il faut bien dire que la tendance scandinave est assez rare à Lisbonne, et tomber sur ce café par hasard, dans le quartier de Principe Real, m'amusait beaucoup. Il paraît - mais je n'en bois pas - que c'est ici qu'on trouve le meilleur café de Lisbonne. 



Le Pois Café : le voilà, le fameux café qui m'avait marquée lors de mon premier séjour à Lisbonne, et qu'il me tardait de retrouver. L'endroit, situé dans une ancienne écurie, n'a rien perdu de son charme, et les fauteuils sont toujours aussi moelleux. Sans parler des pâtisseries, parmi lesquelles on n'arrive pas à choisir. 




Le Café Garagem : une super adresse que ce café situé dans le théâtre du même nom. Il faut descendre au sous-sol pour découvrir un superbe café avec verrière et large vue sur Lisbonne et le Tage. Pour ne rien gâcher, il y a des broderies au mur, l'endroit était donc fait pour moi !

Landeau Chocolate : ici, vous avez le choix entre du gâteau au chocolat… et du gâteau au chocolat. On se doute bien que pour avoir fait de celui-ci l'unique possibilité à la carte, c'est qu'il doit avoir des arguments. Je peux vous confirmer qu'il en a, je le retiens parmi les meilleurs gâteaux au chocolat que j'ai pu manger dans ma vie. Rien que ça. 

La Confeitaria nacional : c'est un peu l'équivalent lisboète de Ladurée, et il est vraiment à la hauteur de sa réputation. J'y suis allée pour un petit déjeuner bien gourmand, dès l'ouverture, ce qui m'a permis d'être royalement placée pour voir s'éveiller par la fenêtre la praça da Figueira. J'ai testé trois pâtisseries, et n'ai été déçue que par la pastel de nata, les deux autres étant absolument exquises. Pour ne rien gâcher, le décor est superbe, et l'endroit est doté du charme d'antan propre à toutes ces grandes maisons de pâtisserie, tout en ayant su garder une vraie chaleur humaine, ce qui est loin d'être le cas partout dans ce genre d'établissements. Incontournable  !

La Pastelaria suiça : encore une autre pâtisserie réputée de Lisbonne, que je n'ai pas pu m'empêcher de tester, et encore de délicieuses spécialités qui font toutes envie, même s'il n'y a pas match avec la Confeitaria nacional citée juste avant. 

Organi Chiado : parfaite option pour manger végétarien (ou végan), qu'on soit végétarien ou qu'on souhaite simplement changer des sardines ! Les produits sont bons et bio, l'accueil fort sympathique, que demander de plus ? 

La Cantina LX : située dans le quartier réhabilité de LX Factory, dont je vous parle plus bas, une chouette adresse ambiance brocante-indus comme je les aime, pour une cuisine et un service au top qualité. 

Je n'ai pas pu tester : 

- le Noobaï Café, à propos duquel je n'ai pourtant lu que des éloges, notamment pour sa superbe vue sur le Tage, mais qui était malheureusement fermé pendant de mon séjour.


A loja : une petite boutique très mignonne où Marie-Gabrielle, une française, propose des créations portugaises, avec un petit accent kitsch-vintage qui m'a bien plu. Je vous conseille fortement les crèmes pour les mains à l'amande, un délice olfactif fabriqué à Lisbonne, et dont raffole  - paraît-il - Inès de la Fressange.

La Feira da ladra : "la foire à la voleuse", un grand marché aux puces qui se tient chaque mardi et samedi, et qui doit son nom à sa réputation : on dit que quand on s'est fait voler son téléphone ou son appareil photo la veille, il n'est pas impossible de le retrouver sur un stand de cette brocante le lendemain matin ! 
- Le Miradouro Santa Luzia et son mignon petit jardin Julio Castilho, avec sa tonnelle et ses murs recouverts d'azulejos. 
A ce belvédère, je serais tentée d'ajouter TOUS les belvédères de la ville, mon préféré étant sans conteste le Miradouro da Senhora do Monte, qui est aussi le plus élevé, donc logiquement celui qui permet d'embrasser la meilleure vue sur le Tage ainsi que sur le château, situé sur une colline voisine. 

- Le "musée" extérieur dédié au street art, sur la pente empruntée par l'elevador da Gloria, de quoi récompenser les courageux qui ont décidé de monter à pied. 

-  Les escaliers de Sao Cristovao, que vous pouvez emprunter depuis la rua da Madalena : si vous êtes comme moi un(e) féru(e) de street art. Il y a des chances pour que vous deviez de toutes façons passer par là pour monter jusqu'au château de Sao Jose. Pour ma part, j'y suis passée, et repassée une fois, deux fois sans le vouloir au fil de mes visites. En haut des escaliers, après avoir repris votre souffle en vous posant sur le banc qui ne peut pas être là par hasard, ça vaut le coup de jeter un dernier regard sur toutes les fresques, encore plus belles je trouve vues d'en haut. 

- La LX Factory, un repaire à hipsters endroit assez fou imaginé en guise de réhabilitation de friches industrielles, juste au-dessous du pont du 25 avril. J'ai eu un mal fou à trouver l'entrée (mais a priori c'est moi qui ai compliqué les choses), mais mes errances ont été récompensées, tellement les lieux valent d'être découverts. On voit bien que nous n'en sommes qu'aux prémices, car il reste beaucoup de bâtiments encore inoccupés, mais j'espère que de belles années attendent encore cet endroit, où se mêlent restaurants tous plus place to be les uns que les autres, boutiques et concept stores, le tout entre des murs de briques, d'anciens entrepôts, du street art… C'est là que j'ai découvert le fameux gâteau au chocolat de chez Landeau ainsi que le restaurant LX Cantina. 

Info supplémentaire :

Je suis partie avec la compagnie Transavia, dont j'avais reçu un mail promotionnel de longs mois avant de faire ce voyage, ce qui m'a permis de bénéficier du tarif un peu fou de 89 euros l'aller-retour. 
Je réserve rarement un voyage aussi tôt, mais connaissant déjà mes disponibilités pour le mois de février dernier à l'époque où j'ai reçu le mail, je n'ai pas hésité longtemps pour confirmer mes billets. 

Je sais que Lisbonne est une destination assez prisée au printemps, alors si vous avez la chance d'y séjourner bientôt, j'espère que cet article vous sera utile. N'hésitez pas à partager vos bonnes adresses en commentaire si vous connaissez bien la capitale portugaise !
EnregistrerEnregistrer
Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

  1. ça me donne envie de repartir à Lisbonne!!!

    Jessica

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :) Je crois que c'est une ville dans laquelle on pourrait revenir inlassablement !

      Supprimer